Quels sont les risques liés à la défiscalisation immobilière ?

À première vue, la défiscalisation immobilière est très avantageuse. Elle facilite l’acquisition de logement tout en profitant d’avantages fiscaux. Mais, elle comporte également plusieurs risques qu’on a souvent des difficultés à identifier clairement.

La défiscalisation immobilière : le risque immobilier

Tout commence par le choix du bien ! Si vous choisissez mal votre bâtiment, la défiscalisation sera contraignante plutôt qu’avantageuse. D’abord, la plupart des dispositifs de défiscalisation légale imposent aux propriétaires de louer leurs biens pendant une certaine période. L’investisseur devra donc forcément choisir un logement qui plaira aux potentiels locataires. Le cas échéant, il sera difficile de défiscaliser. Avec certains dispositifs, le loyer est plafonné. C’est-à-dire que le coût du loyer ne doit pas dépasser une certaine somme au risque de ne pas profiter de la défiscalisation.

A voir aussi : Défiscalisation immobilière : les multiples solutions pour investir dans le neuf

Vous ferez donc bien de vous renseigner sur les coûts de locations dans une zone avant d’acheter ou de construire un logement. Puisque, vous pouvez être obligé de fixer un loyer qui n’est pas toujours rentable. Avec d’autres dispositions, les conditions sont plus difficiles. Par exemple, l’accès aux logements peut être fonction des ressources des locataires. Ainsi, dans la défiscalisation, vous courrez d’importants risques immobiliers vu que vous n’êtes pas vraiment libre du choix du bien.

La défiscalisation immobilière : le risque financier

Le risque financier est déjà lié aux contraintes de locations. Les prix imposés pour profiter de la défiscalisation peuvent ne pas permettre d’avoir un bon retour sur investissement. L’autre risque est relatif à la valeur de votre bien. Après le respect des conditions de défiscalisation, si la revente du bâtiment ne se déroule pas bien, vous pourriez avoir des pertes pratiquement égales aux bénéfices tirés de la défiscalisation immobilière. Il faut également souligner le risque lié au taux d’intérêt lorsque vous contractez un crédit pour l’achat de votre bien.

A lire en complément : Les pièges à éviter lors d'un investissement en défiscalisation immobilière

Faites donc attention au taux et évitez les taux variables si vous n’êtes pas en mesure de les maîtriser. Puisque, vous pouvez payer des intérêts dont le montant s’élève à ce que vous tirez de la défiscalisation immobilière.

La défiscalisation immobilière : le risque fiscal

Pour tous les dispositifs de défiscalisation immobilière, il y a une contrepartie. Ces dispositifs offrent des avantages, mais le bénéficiaire à des obligations à remplir. Plus haut, vous avez sans doute noté les limites liées au plafonnement des loyers et au plafonnement des revenus des locataires. À ces deux obligations s’ajoute le zonage. En effet, il y a des zones précises où vous ne pourrez pas prétendre à une défiscalisation. Toutes les zones ne sont pas toujours concernées.

Le non-respect de ces engagements entraîne une annulation des avantages fiscaux. Les chefs d’entreprises doivent s’assurer d’être éligibles à cette niche fiscale, surtout s’ils profitent déjà d’autres dispositifs de défiscalisations. C’est dire que la défiscalisation immobilière ne peut pas toujours être combinée avec d’autres types de défiscalisations. Le cas échéant, le propriétaire risque un réajustement des impositions.

à voir